Dessine-moi une pensée, dit la pluie ...


J’ai huit ans

le regard au loin

à travers la vitre, la bruine

et derrière soi, la porte fermée

seul et amoureux de ma solitude

envie de voir personne

pas non plus celle de mourir

ce ciel, ma planche à dessin

devient ma première page blanche

j’ai huit ans

j’ignore encore qui je suis

mais la pluie déjà va me servir de loupe

sur mon monde et le leur, en retour

huit ans et des décennies plus tard

j’ai grandi sans grandir

j’aime toujours la caresse de la pluie

comme des bulles de mots sur ma peau

huit ans et je soupire

huit ans que j’aurais toujours

que j’aurais toujours pour en rire

que j’aurais toujours au-delà de ma vie


This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now